dismiss-alert
header-area-background-wrapper
Menu
site-banner
center-left-menu

Comment ça fonctionne ?

Vidéo de 1 min.
center-right-menu
Cet article a été automatiquement traduit de l'anglais pour votre convenance. Si vous souhaitez lire l'article original en anglais, veuillez suivre ce lien.

Les ministres des finances de l'UE rejettent les appels en faveur de taux minimums d'imposition des sociétés

13 June 2019
Le 17 mai 2019, la Commission européenne a exhorté les ministres des finances de l'Union européenne à convenir d'un niveau minimum d'imposition des sociétés à l'échelle de l'UE. La lettre envoyée à tous les ministres des Finances avant le Conseil Ecofin a soulevé des inquiétudes quant à l'activité de l'UE en la matière et a appelé à une stratégie unifiée dans le cadre des négociations du Conseil. Il a conclu qu'une stratégie était nécessaire pour rendre la fiscalité des entreprises «adaptée au 21e siècle».

La fiscalité des entreprises de Pierre Moscovici 21

Le rapport demandait aux ministres des finances de moderniser le cadre au sein du bloc et du marché unique avec trois grands objectifs énumérés dans le plan de M. Moscovici:
  • Conception et mise en œuvre d'un système fiscal adapté et approprié pour s'adapter aux nouveaux modèles commerciaux permettant aux entreprises de fonctionner sans présence physique dans les juridictions. Aussi, pour continuer à se développer et à s'adapter aux besoins fiscaux des entreprises numériques
  • Normaliser la concurrence fiscale pour limiter et empêcher le soi-disant transfert de bénéfices entre les juridictions
  • Simplifier le processus d'imposition des entreprises et mettre fin à la double imposition et aux autres distorsions complexes de l'examen de l'impôt à payer pour les pays à l'intérieur du marché unique

Questions pour l'OCDE et le G20

Cette question n’existe pas de manière isolée pour l’Union européenne et pour ceux qui négocient dans le marché unique selon les règles de l’UE. Le G20 et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) étudient actuellement la viabilité d'un seuil minimum d'imposition des sociétés pour un certain nombre de raisons, notamment la normalisation des taux afin de promouvoir une concurrence durable entre les juridictions.

Dans le même ordre d'idées, l'OCDE étudie actuellement de nouvelles façons de gérer la fiscalité numérique. On s'attend à ce que le premier plan directeur soit rendu public plus tard en 2019, tandis que le premier plan ferme devrait arriver dans le courant de 2020.

Élections européennes

Les modifications apportées à l'impôt sur les sociétés sont intervenues avant les élections parlementaires européennes fin mai. De nombreux partis socialistes de l'UE ont recommandé un plancher pour l'impôt sur les sociétés. C'est ce bloc du parti dont est originaire Moscovici. Lors d'un débat antérieur, le leader du groupe socialiste et le vice-président de la Commission ont suggéré un taux minimum de 18% d'impôt sur les sociétés, ce que Moscovici a salué comme un geste visionnaire pour la politique fiscale à l'échelle de l'UE.

Dans la lettre, Moscovici a déclaré que toute politique fiscale des entreprises décidée à l'échelle mondiale devrait répondre aux besoins de l'Union européenne et de ses États membres. L'implication ici est que ces accords fiscaux décidés au niveau mondial devraient être compatibles avec le marché unique (les membres de l'Union européenne et ceux qui commercent étroitement avec lui).

La plupart ne sont pas convaincus de l'impôt minimum sur les sociétés

L'exécutif de l'UE s'est déclaré favorable à l'examen de l'impact potentiel des propositions contenues dans le document qui poursuit en déclarant que ne pas moderniser la fiscalité présenterait des conséquences à long terme. Il demandera aux gouvernements nationaux des pays membres son point de vue et examinera l'impact potentiel.

La lettre initiale a été envoyée le 6 mai et la stratégie proposée discutée le lendemain par un groupe de travail dédié à la fiscalité. La plupart des pays membres, y compris les propres ministres des finances de l'UE, ne sont pas convaincus que ce serait une bonne idée.

Les préoccupations comprennent:
  • Le plan lui-même et la voie à suivre pour élaborer une stratégie fiscale efficace lors de l'introduction d'un impôt minimum
  • Un besoin d'analyses d'impact plus importantes et de meilleure qualité à la fois dans l'UE et au sein et pour les États membres
  • Malgré certains progrès, il s'agit d'un problème permanent pour l'Union européenne avec peu ou pas d'accord sur la structure des réformes de la fiscalité des entreprises
La réunion s'est ouverte par une proposition de modification de la directive sur les intérêts et les redevances. Dans l'intérêt payé sur les redevances n'est pas imposé, que l'exonération fiscale précédente est interdite. La taxe numérique, supprimée plus tôt cette année, est considérée comme une victoire, mais l'UE reste bloquée sur un certain nombre d'autres questions fiscales, notamment l'assiette commune consolidée pour l'impôt sur les sociétés (ACCIS).

Le changement fiscal dans l'UE est lent et complexe en raison des exigences des décisions de mise en œuvre à l'unanimité. Les discussions sont en cours et se poursuivront jusqu'à la fin de 2019.

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Partagez cette nouvelle via:

 

Stars