dismiss-alert
header-area-background-wrapper
Menu
site-banner
center-left-menu

Comment ça fonctionne ?

Vidéo de 1 min.
center-right-menu
Cet article a été automatiquement traduit de l'anglais pour votre convenance. Si vous souhaitez lire l'article original en anglais, veuillez suivre ce lien.

EUROPE: l'UE va collecter des données sur tous les achats par carte

23 November 2019
Plus tôt cette semaine, un plan de l'UE pour lutter contre la fraude à la TVA dans le commerce électronique dans toute l'Union européenne a reçu l'approbation provisoire de tous les États membres. À l'avenir, et sous réserve d'une approbation complète, toutes les transactions par carte de crédit et de débit qui ont lieu dans le bloc seront stockées et collectées pour un système central.

Les 28 États membres formant le Conseil de l'Union européenne ont expliqué que les mesures harmoniseront les enregistrements et la collecte de données auprès des prestataires de services financiers lorsque les consommateurs paient pour des biens et services commandés en ligne.

Nouveau système électronique central prévu

C'est une autre mesure de longue haleine que l'UE met en place pour lutter contre la fraude fiscale dans tout le bloc. La perception de la TVA n'est qu'un autre front dans cette bataille.

Pour faciliter la collecte et l'enregistrement, l'UE 28 mettra en place un nouveau système central électronique, accessible par tous les États membres, pour le stockage des données. Une fois établies, les agences nationales de lutte contre la fraude pourront accéder à ces données aux fins d'enquêtes sur les fraudes et d'affaires pénales.

Mike Lintila a décrit le système comme un «nouvel outil puissant» qui harmonisera la collecte de données et la manière dont elles sont collectées et stockées. Un système actuellement disparate en raison de la diversité des lois sur la TVA à travers le bloc deviendra un point central qui facilitera les enquêtes sur les fraudes potentielles dans le commerce électronique transfrontalier.

Tout le monde n'est pas d'accord

Si beaucoup ont salué cette décision, les éloges n’ont pas été universels. Quatre organismes professionnels distincts du secteur bancaire (la Fédération européenne des établissements de paiement, la Fédération bancaire européenne, le Groupe européen d'épargne et de banque de détail et l'Association européenne des banques coopératives) ont exprimé des préoccupations majeures. Pour la plupart, ces organisations représentatives de l'industrie ont estimé que les nouvelles règles de l'Union européenne n'étaient ni efficaces ni proportionnées à la collecte de données.

Ils ont estimé qu'un organisme de l'industrie à l'échelle de l'UE serait mieux préparé à comprendre les problèmes auxquels l'industrie est confrontée, plutôt qu'une nouvelle loi, afin de garantir que ces nouvelles mesures ne soient pas contraignantes. En particulier, ils ont estimé que la manière dont les données devraient être déclarées et stockées n'est actuellement pas claire.

En outre, il existe des préoccupations majeures concernant une faille potentielle majeure dans la mesure où les entités qui éludent actuellement le paiement de la TVA maintiendront simplement les transactions dans une seule juridiction où ces mesures ne comptent pas.

Cependant, ce n'est que le début du processus. La phase suivante est un examen par des avocats chevronnés de l'Union européenne avant que le système ne puisse être mis en œuvre.



Abonnez-vous à notre lettre d’information

Partagez cette nouvelle via:

 

Stars