dismiss-alert
header-area-background-wrapper
Menu
site-banner
center-left-menu

Comment ça fonctionne ?

Vidéo de 1 min.
center-right-menu
Cet article a été automatiquement traduit de l'anglais pour votre convenance. Si vous souhaitez lire l'article original en anglais, veuillez suivre ce lien.

Maurice modifie 19 lois pour renforcer son régime de lutte contre le blanchiment d'argent

5 August 2020

En mai 2020, la Commission européenne (CE) a ajouté Maurice à son projet de liste de pays tiers à haut risque présentant des lacunes stratégiques dans leurs régimes de prévention du blanchiment d'argent, ainsi que neuf autres juridictions. Le gouvernement mauricien a publié un communiqué protestant contre son inclusion, notant qu'il n'avait pas eu la possibilité de faire des représentations avant la publication de la liste et que la CE n'avait pas tenu compte des différences entre les pays figurant sur la liste de suivi du GAFI.

Maurice a apporté les changements nécessaires pour remédier à la situation. La nouvelle loi a introduit les modifications suivantes (ainsi que d'autres):

  • Toutes les nouvelles sociétés, y compris les sociétés à responsabilité limitée, les sociétés en commandite et les fondations, doivent divulguer leurs informations de propriété effective au registraire des sociétés lors de leur constitution et de leur enregistrement. Ces informations doivent également être confirmées ultérieurement lors des dépôts obligatoires. Les entités existantes devront fournir ces informations à la demande des autorités.
  • Les personnes réglementées n'auront que 5 jours à compter du jour de la découverte pour signaler des découvertes suspectes à la cellule de renseignement financier. Cela inclut toutes les transactions suspectes.
  • La Banque de Maurice et d'autres régulateurs ont désormais des pouvoirs plus étendus pour superviser et examiner les opérations et les affaires de leurs titulaires de licence.

Les amendes pour non-conformité ont été portées à un maximum de 10 millions de MUR. Pour les infractions graves, les personnes réglementées peuvent encourir jusqu'à 5 ans de prison.

En promulguant la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et la lutte contre le financement du terrorisme (dispositions diverses), Maurice a amendé 19 lois existantes afin de se conformer aux recommandations du Groupe d'action financière (GAFI) contre le blanchiment d'argent (LBC), dans le but d'être retiré de la liste de la Commission européenne des pays tiers «à haut risque».

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Partagez cette nouvelle via:

 

Stars