dismiss-alert
header-area-background-wrapper
Menu
site-banner
center-left-menu

Comment ça fonctionne ?

Vidéo de 1 min.
center-right-menu
Cet article a été automatiquement traduit de l'anglais pour votre convenance. Si vous souhaitez lire l'article original en anglais, veuillez suivre ce lien.

Nouvelle exigence de licence pour les gérants de fortune en Suisse

21 January 2020
Jusqu'en 2020, les gérants de fortune externes et indépendants en Suisse n'avaient pas besoin de licence pour opérer. Ils étaient toutefois tenus de s'inscrire auprès d'un organisme de réglementation de l'industrie compétent. Pour se conformer aux nouvelles mesures de lutte contre le blanchiment d'argent, cela est sur le point de changer. Auparavant, seuls les gestionnaires de placements collectifs étaient tenus de le faire. Le Parlement a rejeté un projet de loi qui aurait prévu des «droits acquis» pour les gestionnaires d'actifs en activité depuis plus de 15 ans. Le Conseil fédéral a voté en faveur de la prolongation de certaines périodes de transition, mais toutes les entités concernées doivent agir maintenant.

Qu'est-ce qui est couvert ou non?

À partir du 1er janvier 2020, de nouvelles réglementations exigent une licence pour les gestionnaires de fortune professionnellement responsables. «Professionnel» est l'endroit où le gestionnaire d'actifs:

  • Établit ou entretient plus de 20 relations d'affaires au cours d'une année civile
  • Acquiert plus de CHF 50'000 au cours d'une année civile
  • Gère des actifs de tiers supérieurs à 5 millions de CHF


Des exclusions s'appliquent lorsque les actifs sont gérés pour des sociétés du groupe, en tant qu'actifs familiaux, pour le compte de salariés participants ou dans le cadre d'un mandat statutaire réglementé. Les nouvelles exigences d'agrément de la FINMA ne sont pas liées à la surveillance; La FINMA ne peut agréer un organisme de contrôle tiers qu'une fois FinIA entrée en vigueur. Cependant, la loi actuelle oblige les organismes d'autorégulation à rejoindre un organisme de surveillance avant le 30 juin 2020, avec un délai de grâce de trois ans pour prendre des dispositions. Les gérants de fortune doivent opérer depuis la Suisse. Si la société organisatrice fait partie d'un groupe financier plus large, une telle prise de décision peut être autorisée par un organisme étranger sous certaines conditions. Seul un résident suisse peut représenter le gestionnaire de fortune.

Expliquer «Organisation appropriée»

Les prestataires de services financiers en Suisse doivent garantir une structure organisationnelle solide avec un système de règles internes flexibles. Les gérants de fortune doivent avoir une politique de gestion des risques et ne doivent pas avoir d'intérêt dans les activités financières. L'organisation doit avoir des procédures de conformité indépendantes. La FINMA exige des mesures d'audit interne indépendantes pour les organisations dont le revenu brut est supérieur à 10 millions de CHF. Les entreprises dont le revenu est inférieur à 2 millions de CHF et celles qui comptent 5 employés à temps plein ou moins (les «Small Asset Managers») peuvent constater que certaines activités de conformité ne s'appliquent pas.

Expliquer les exigences de garantie et de capital

Le gestionnaire de fortune doit payer au minimum 100000 CHF (en espèces) quel que soit le type ou la taille de l'entreprise et mettre à disposition au minimum 25% de la valeur des frais fixes du dernier état financier annuel sur ses propres fonds, y compris:

  • Frais de fonctionnement de l'organisation
  • Dépenses personnelles
  • Valeur d'amortissement des immobilisations
  • Ajustements de valeur, provisions et éventuelles pertes


Jusqu'à un maximum de 10 millions de francs.

Ils doivent être «suffisamment qualifiés» avec plus de 5 ans d'expérience et au moins 40 heures de formation formelle. Les organisations doivent veiller à ce qu'au moins deux membres de la direction satisfassent aux deux exigences et fournissent un cadre de relève solide si la direction devient incapable de remplir ses fonctions. Le gestionnaire d'actifs doit s'assurer que les conflits internes ne permettent pas la discrimination des clients. Cependant, si cela n'est pas possible, ces motifs doivent être révélés. En supposant que le consentement qualifié est fourni, une interdiction totale ne sera pas imposée.

Sous le titre "La pratique de la politique" Un pays, deux systèmes "dans la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK)", le Livre blanc, le premier du genre, décrit comment la mise en œuvre du principe "un pays , deux systèmes "dans la RASHK a obtenu un succès largement reconnu et reste dans l'intérêt à long terme de Hong Kong et des investisseurs étrangers.

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Partagez cette nouvelle via:

 

Stars