dismiss-alert
header-area-background-wrapper
Menu
site-banner
center-left-menu

Comment ça fonctionne ?

Vidéo de 1 min.
center-right-menu
Cet article a été automatiquement traduit de l'anglais pour votre convenance. Si vous souhaitez lire l'article original en anglais, veuillez suivre ce lien.

La fin de la confidentialité pour les propriétaires de crypto-devises?

6 August 2019
Le GAFI (Groupe d'action financière) ne permettra pas à Cryptos de remplacer les comptes numérotés.

En juin 2019, la dernière session plénière du GAFI s'est conclue par une note concernant les actifs virtuels et leurs prestataires de services. Cette note juridiquement contraignante nécessite une action internationale et que les pays:

  • Commencer la licence et / ou l'enregistrement de ces actifs virtuels et fournisseurs
  • Soumettre ces actifs et fournisseurs à des mesures d'identification
  • Soumettre ces actifs à une diligence raisonnable
  • Nommer des organismes de réglementation pour leur supervision et leur suivi appropriés

La recommandation 15 du GAFI entre en vigueur

Les orientations étaient une note de conclusion à l'issue d'une séance plénière au cours de laquelle la recommandation 15: Nouvelles technologies a fait l'objet d'une révision. La recommandation 15 est une réponse pour identifier l'utilisation des nouvelles technologies par les blanchisseurs d'argent et les terroristes dans leurs activités.

Cette mesure soumettait les prestataires de services d'actifs virtuels à des mesures identiques du GAFI qui s'appliquaient traditionnellement à d'autres institutions financières bien établies. De plus, la recommandation 15 exclut explicitement l'autorégulation de l'industrie.

Imposer des sanctions

Les pays sont désormais tenus d'imposer des sanctions en cas de non-conformité aux fournisseurs de services d'actifs virtuels qui ne mettent pas en œuvre des procédures de lutte contre le blanchiment d'argent. Ils doivent adopter toutes les mesures mentionnées dans la liste ci-dessus, mais aussi tenir des registres, signaler et signaler toute activité suspecte. Toutes les transactions doivent être soumises à un contrôle de conformité avec les mesures en place pour décréter des sanctions financières si nécessaire.

Ces fournisseurs de services d'actifs numériques sont également tenus d'identifier le destinataire du fonds et l'agent d'envoi, et de mettre en place un cadre de divulgation aux autorités compétentes et aux autres fournisseurs d'actifs numériques.

Le GAFI a fait remarquer que sa principale préoccupation était de réprimer les activités criminelles et terroristes utilisant ces actifs numériques.

La réception de la réunion du G20

Les mesures ont été bien accueillies par les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du monde qui ont appelé le GAFI en 2018 à adopter de telles mesures. Le GAFI attend désormais de tous les pays qu'ils agissent sur leurs recommandations. Le premier examen de 12 mois aura lieu en juin 2020.

Le président sortant du GAFI, Steven Mnuchin, qui est également secrétaire américain au Trésor, a déclaré que ces mesures robustes garantiraient que «les fournisseurs de services d'actifs virtuels ne fonctionnent pas dans l'ombre». Avec lui, les efforts internationaux permettront au monde de la finance numérique et des nouvelles technologies de garder une longueur d'avance sur les activités criminelles et les régimes voyous.

En conclusion, Mnuchin a comparé le problème avec un compte numéroté secret et a été déterminé à faire en sorte que la crypto-monnaie ne soit pas utilisée de la même manière pour des activités illégales telles que le terrorisme et le blanchiment d'argent.

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Partagez cette nouvelle via:

 

Stars