dismiss-alert
header-area-background-wrapper
Menu
site-banner
center-left-menu

Comment ça fonctionne ?

Vidéo de 1 min.
center-right-menu
Cet article a été automatiquement traduit de l'anglais pour votre convenance. Si vous souhaitez lire l'article original en anglais, veuillez suivre ce lien.

Le Guide TP final publié par l'OCDE sur les transactions financières

25 February 2020
Le 11 février 2020, l'Organisation de coopération et de développement économiques a publié son très attendu guide des prix de transfert sur les transactions financières. Il est le premier du genre à offrir des conseils sur les transactions financières entre les succursales de sociétés multinationales et s'inscrit dans le cadre des travaux ultérieurs de l'action 4 de l'OCDE / G20 sur l'érosion de la base d'imposition et le transfert pro (BEPS) (Limiter l'érosion de la base d'imposition impliquant des déductions d'intérêts et d'autres paiements financiers) et BEPS Actions 8 à 10 (Aligner les résultats des prix de transfert sur la création de valeur), et vise à fournir des orientations supplémentaires sur l'application du principe de pleine concurrence à divers types de transactions financières conclues par des entités liées.

La publication du guide TP sur les transactions financières vise à réduire l'incertitude concernant les règles de prix de transfert pour les transactions financières, à contribuer à la cohérence et à éviter les litiges en matière de prix de transfert et la double imposition, mais ajoute une charge de conformité plus lourde pour les contribuables.

Les lignes directrices sont utilisées par les contribuables et les autorités fiscales du monde entier pour déterminer et vérifier les prix que les entités d'un même groupe se facturent mutuellement pour des biens, des services ou la propriété intellectuelle.

Les sections clés traitent de la structure du capital des entreprises multinationales, des fonctions de trésorerie, des prêts intra-groupe, de la mise en commun de trésorerie, de la couverture, des garanties et de l'assurance captive. L'analyse porte à la fois sur la délimitation précise, la tarification des transactions financières contrôlées, la façon de déterminer un taux de rendement sans risque et un taux de rendement ajusté au risque.

Le guide fournit également des conseils sur la détermination des taux de rendement sans risque et des taux de rendement ajustés en fonction du risque, lorsque les entreprises multinationales y ont droit.

Il convient de noter que le guide publié constitue une «soft law» et n'est pas directement applicable aux contribuables. Cependant, ce guide est le manuel que les autorités fiscales du monde entier utilisent lors des contrôles fiscaux. Au Luxembourg, l'administration devrait désormais suivre les indications fournies lors de l'évaluation des prix de transfert des transactions financières. Le rapport n'empêche pas non plus les pays de mettre en œuvre des approches pour aborder la structure du capital et la déductibilité des intérêts en vertu de leur législation nationale.

Le guide intervient au moment où les autorités fiscales espagnoles ont annoncé des plans de contrôle fiscal pour 2020, décrivant les priorités du gouvernement en matière d'application fiscale. Ils mettront en place un nouveau système automatisé d'analyse des risques dans les prix de transfert en 2020.

Une attention particulière sera accordée au respect des obligations de documentation et d'information relatives aux prix de transfert, y compris l'analyse des fonctions, des actifs et des risques contenus dans la documentation.

Les autorités fiscales espagnoles examineront de près les sept domaines clés suivants:
  • Restructuration d'entreprise
  • Valorisation des transferts d'actifs intragroupe
  • Surtout les actifs incorporels; des déductions qui pourraient éroder considérablement l'assiette fiscale, comme le paiement de redevances ou de services intragroupe.
  • Transactions financières
  • Attribution des bénéfices aux établissements stables
  • Fiscalité des nouveaux modèles économiques hautement numérisés
  • activités exercées par des entités couvertes par des structures fonctionnelles caractérisées comme à faible risque lorsque les entités ont une présence économique significative (par exemple, celles des activités de fabrication et de distribution)
En raison de la mise en œuvre de la DAC 6, tout intermédiaire (comptables, conseillers, avocats, banques, etc.) qui vend des régimes fiscaux transfrontaliers à déclarer à leurs autres clients doit communiquer des informations sur le dispositif aux autorités fiscales de son État membre d'origine. Les nouvelles informations continueront d'être plus transparentes, facilitant à la fois la prévention et la correction des comportements évasifs ou insaisissables.

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Partagez cette nouvelle via:

 

Stars